• Chant des partisans

    Un soir d'orage sur ma maison...

    L'histoire du chant des partisans

     


  • Commentaires

    1
    Jeudi 3 Septembre à 07:23

    Bonjour BoAime

    Une sacrée vie quand même que celle d'Anna Marly

    Je comprend mieux maintenant pourquoi la musique prend les tripes 

    Vu que Prokofiev en est un peu l'origine 

    J'ai rien a dire sur la chanson et sur la musique, c'est magnifique et entrainant 

    Je sais bien que je vais faire hurler certains

    Mais c'est la résistance que j'aime pas, qui ne mérite pas une si belle chanson

    Dans les terres Bretonne on les appelaient les maquisards 

    Presque tous des voleurs, des fainéants qui étaient prêt à tuer père et mère pour s'enrichir, on parle d'oradour mais à petite échelle dans nos campagne combien  en ont été victimes des soit-disant résistants ? 

    Ca c'est un truc qui m'énerve, celle de cette pensée qui relativise tout 

    Les régions ont vécut la guerre de façon différente, pourquoi nous imposer un seul point de vue ? et pour aller plus loin je trouve qu'on n'en a fait beaucoup trop de héros 

    Désolé je m'emballe, je vais me coucher smile

    Passe Une Excellente Journée Moon

     

      • Jeudi 3 Septembre à 11:15

        Merci pour ces infos Marco. Il n'est pas question de faire hurler ou pas... il est question d'honnêteté et j'apprécie ta sincérité. On apprend tous les uns des autres et ta réflexion m'a permis de faire des recherches pour comprendre; Je t'en remercie.

        En effet, il y a eu des exactions par des bandits qui se faisaient passer pour des résistants. Le monde est ainsi fait et l'Homme est un loup pour l'homme. Il y en a toujours qui profitent des situations aussi dramatiques soient-elles.

        https://www.lechorepublicain.fr/louvilliers-les-perche-28250/actualites/le-voyou-se-cache-derriere-le-resistant_13554841/

        Les maquisards n'étaient qu'une partie de la résistance.

        "Les régions ont vécu la guerre de façon différente" Tu as raison, tout est toujours globalisé alors que la réalité est différente.

        Et puis, il y a tous ceux qui sont devenus "résistants" à la fin de la guerre quand la peur avait changé de camp.

        Mais, des héros il y en a quand même eu.

        Je te remercie.

        Excellente journée Marco!

         

         

         

         

    2
    Jeudi 3 Septembre à 09:35

    je  ne  connaissais   pas   cette  histoire,   et   donc  Anna Marly,  mais   je  comprends  le  succès   de   cette  chanson   en   voyant    qui  est  intervenu,   de Prokofiev   à Maurice  Druon  en passant  par  Joseph  Kessel !

     Et    que   dire   ensuite  de  tous  les   interprètes !

     Elles   ne  sont   pas   si  nombreuses,   les  chansons   qui   vous  donnent  la chair    de  poule !

     Merci   à  toi

     Passe  une  bonne   journée

     Bisous

      • Jeudi 3 Septembre à 11:33

        Oui, il y a eu beaucoup d'interprètes avec plus ou moins de bonheur... Il est vrai que cela donne la chair de poule.

        Il y a des choses en nous, des sensibilités que l'on ne peut pas expliquer...

        C'est comme la Marseillaise, où que je me trouve, si je l'entends je me lève yes même à la maison...je suis une patriote dans l'âme...je pense que les récits de guerre de mon papa qui a été au front ne sont pas étrangers à cette sensibilité.Depuis toute petite il me faisait sentir le trou qu'il avait dans la tête fait par un éclat d'obus.Le pauvre, il s'était engagé à 18ans pour fuir son milieu familiale et tout de suite la guerre a été déclarée. Il y a laissé 7 ans de sa vie...une jeunesse volée...

        Bonne journée Pierre!

        Bisous

    3
    Vendredi 4 Septembre à 23:04

    Moi je ne n'apprécie pas la sincérité de Marco, mais au contraire elle me révolte et me fait vomir... Mon père et les deux frères de ma mère sont entré dans la résistance dès la première heure. Ils ont risqué leur vie pour que vive  les Marco. Mon plus jeune oncle avait dix sept ans. Un grand ami de mon père, arrêté par la Gestapo a eu les dix ongles de ses mains arrachés avant d'être envoyé au camp de la mort, survivant alors qu'il ne pesait plus que 35 kG ! 

    Ma petite maman chérie, 

    Mon tout petit frère adoré

    Mon petit papa aimé,

    Je vais mourir : Ce que je vous demande, toi en particulier ma petite maman, c'est d'être courageuse.

    Ainsi commence la lettre de Guy Moquet, 17 ans, Fusillé le 22 octobre 1941 avec 26 autres de ses camarades résistants, en représailles pour venger la mort d'un officier allemand abattu par des résistants. 

    A cette époque, il y avait de jeunes français qui eux aussi n'aimaient pas " cette résistance qui ne mérite pas cette belle chanson." C'étaient des miliciens qui collaboraient avec zèle avec la gestapo.

    Pour me consoler, merci de m'avoir permis de réécouter l'émouvant discours de André Malraux au Panthéon en hommage à Jean Moulin lors du transfert des cendres du résistant au Panthéon.

    Douce nuit.

      • Samedi 5 Septembre à 12:49

        J'apprécie la sincérité de Marco comme j'apprécie la tienne.

        J'apprécie la sincérité.

        Apprécier la sincérité de quelqu'un ne veut pas dire cautionner tous les dires. Marco s'exprime avec franchise et c'est l'essentiel.

        Je ne suis pas juge de la pensée des autres...Mais je suis pour une totale liberté d'expression et je respecte tout le monde, y compris ceux qui ne pensent pas comme moi.

        Chacun réagit selon son histoire et qu'on le veuille ou non, l'Histoire a plusieurs facettes.

        De plus, Marco qui est bien plus instruit qu'il ne veut le faire paraitre yes m'a souvent appris des choses.

        J'aime l'histoire sur toutes ses facettes et j'ai la chance de ne pas avoir le cerveau perturbé par des idéologies, ce qui fait que je sais peser le pour et le contre et je ne fais pas dans le "deux poids, deux mesures."

        Il y a eu des héros dans la résistance, tout le monde le sait, tout le monde le reconnait, tout le monde connait Jean Moulin et Guy Môquet, mais ce que beaucoup ne savent peut-être pas, et en tous cas moi, je l'ignorais, c'est que tout n'est pas aussi limpide et que les vrais résistants eux mêmes ont pâtis du banditisme.

        Quand on y réfléchit bien, c'est normal...RIEN, mais RIEN n'est parfait en ce bas monde et l'Homme reste toujours un loup pour L'Homme; et ceci dans tous les domaines, en toutes circonstances et en tous lieux.

        Il n'y a pas un pays, une ethnie, une armée, un groupe, une corporation, une famille où il n'y ait pas quelqu'un de mal attentionné et de mauvais. Alors il est évident que la résistance n'a pas échappé au phénomène.

        Il ne suffit pas de nier les choses pour qu'elles n'existent pas ou n'aient pas existé.

         

        Source: Maquis noirs et faux maquis

        Extrait:

        "Actes de résistance et actes de banditisme.

        On observe à partir de l’été 1943, et surtout en 1944, une très forte recrudescence des vols, cambriolages, attaques à main armée de commerces, bureaux de tabac, mairies et perceptions. Dans la majorité des cas, il s’agit bien d’actions et de vols effectués par la Résistance pour l’approvisionnement des maquis. Mais ce recours à l’action illégale permit à de vrais bandits de profiter de la situation. Aussi la Résistance officielle s’efforça-t-elle de bien authentifier ses actions. Dans la mesure du possible, les réquisitions devaient être payées ou faire l’objet d’un reçu. Lorsque ces précautions étaient prises, les réquisitions étaient globalement acceptées. « L’usurpation d’identité qui permettait de se livrer au racket sous couvert d’une fausse autorité semble avoir été fréquente.  » Il était assez facile de se faire passer pour un maquisard et d’endormir la méfiance des victimes ; on pouvait en outre espérer que le crime resterait impuni.

        De véritables bandes organisées se constituèrent, écumant des régions entières, multipliant les attaques, pillages et agressions. Plusieurs régions françaises redécouvrirent le vieux phénomène des bandes de pilleurs qui semaient la terreur lors des périodes de guerre, attaquant les fermes isolées, les châteaux, rançonnant sur les routes secondaires. On vit même renaître, en Bretagne, Dordogne, Picardie, Bourgogne, des « chauffeurs » qui, comme à la fin du XVIIIe siècle, brûlaient la plante des pieds de leurs victimes dans la cheminée pour leur faire avouer l’endroit où elles cachaient leurs économies.

        Typologie des faux maquis

        Plusieurs chefs de faux maquis étaient des « criminels de haute volée, condamnés à de nombreuses reprises et marqués par un lourd passé ». On vit aussi se constituer de petites bandes incontrôlées de réfractaires qui causèrent d’importantes perturbations dans plusieurs régions. Il y eut des miliciens et des militants collaborationnistes qui furent des agents provocateurs et qui cherchèrent à infiltrer le maquis. Des Français, supplétifs de la Wehrmacht, furent enrôlés dans des groupes anti-maquis, dits « groupes Brandebourg ». Ils n’étaient pas des miliciens mais des engagés volontaires, intégrés dans la Waffen SS. Ils ne furent que quelques centaines mais ils furent efficaces et firent beaucoup de mal à la Résistance et aux maquis. Il y eut des « contre-maquis » organisés par des auxiliaires de l’occupant pour déstabiliser la Résistance à l’échelle locale. Ainsi la « bande du bossu » s’illustra-t-elle par la férocité et la sauvagerie de ses entreprises dans la région de Sedan, à la veille de la Libération.

        Pour les vrais maquisards eux-mêmes, la tentation fut parfois forte de se livrer à quelques trafics pour leur compte personnel. Tous les maquis n’étaient pas correctement encadrés et il arrivait que des maquisards puissent agir de leur propre initiative. Quelques petits chefs de maquis enfin, ont pu se transformer en chef de bande ; et lorsqu’un groupe faisait preuve de déviance, la Résistance locale n’avait pas toujours les moyens de le ramener dans le droit chemin."

         

        Heureuse de t'avoir fait plaisir avec l'émouvant discours d'André Malraux en hommage à Jean Moulin lors du transfert des cendres du résistant au Panthéon.

        Je te souhaite un excellent week-end!

        Bisous doux Hugues

    4
    Samedi 5 Septembre à 16:39

    Bonjour BoAime

    Merci pour ces éloges, mais j'ai aucun mérite 

    Désolé Hugues si je t'ai froissé mais ne rien dire c'est le caustionner

    Hors il ne faut pas oublier une chose sur les Héros 

    Que ça soit sur la guerre de 14-18 ou celle de 39-45

    Qui ? oui qui ? à le plus souffert dans l'histoire ? en comparaison

    Un type comme Jean Moulin qui est mort après quelques jours de souffrance ou une famille paysanne avec des enfants de bas âges qui se sacrifie pour la liberté en laissant femme et enfants ?

    Oui le résultat n'est pas le même 

    Il est trop facile encore aujourd'hui d'utiliser le sacrifice humain

    Mais bon, l'état à décidé faut-il pour autant tout accepter ? C'est parce qu'il était haut fonctionnaire qu'il à le droit à tout ça ?

    Je ne sais pas, je demande !!!

    A méditer 

    Passe Une Excellente Journée 

    Chacun à ses valeurs, sa conscience et son libre arbitre 

     

      • Samedi 5 Septembre à 19:58

        Bonsoir Marco!

        "Chacun à ses valeurs, sa conscience et son libre arbitre" Tout est dit.

        Excellente soirée à toi!

         

    5
    Samedi 5 Septembre à 18:55

    Hier  soir,    de   nombreuses   hirondelles  s'  étaient   rassemblées,   et  ce   matin   elles  sont parties   vers   l' Afrique !

    Elles  annoncent   un  automne  précoce,  9  °  ce   matin !

     passe   une  bonne  fin   de  semaine

     Bisous

      • Samedi 5 Septembre à 20:00

        Ah bon ?  Nous 18° à 7h ce matin. Pourvu que cela dure encore un peu...

        Bonne fin de semaine à toi aussi!

        Bisous

    6
    palombia86
    Dimanche 6 Septembre à 09:55

    C'est toujours très risqué de généraliser, enfin c'est toujours ce que croit l'autre, dans tout ce que vous dites, y'a aucun mensonge de part et d'autre, tout a existé, nul n'est parfait, y'a toujours un moment dans une vie ou les circonstances t'emmène là où tu n'aurais jamais cru aller.

    Perso j'aurai préféré ce chant à la marseillaise comme hymne national.

    Bon dimanche.

      • Dimanche 6 Septembre à 14:19

        "Y'a toujours un moment dans une vie ou les circonstances t'emmène là où tu n'aurais jamais cru aller."

        Je suis tout à fait d'accord avec toi...c'est pour ça que l'on peut exposer des faits de l'histoire mais il est très difficile de juger.

        Mais :

        Il ne suffit pas de nier les choses pour qu'elles n'existent pas ou n'aient pas existé.

        Bon dimanche Palombia!

    7
    Dimanche 6 Septembre à 10:36

    Salut,

    On a un temps couvert avec quelques éclaircies. 

    C'est drôle mais le dimanche c'est rare qu'il fait beau dans notre coin?

    On espère que tout va bien par chez vous.

    Bon dimanche à tous

      • Dimanche 6 Septembre à 14:21

        Tu avais peur que l'on ne te voit pas Tiot ? (Sourire)

        Bon dimanche à toi aussi!

    8
    Guyenne
    Dimanche 6 Septembre à 11:34

    Je ne serai pas aussi bavard que tes autres visiteurs car, en vertu de mes 25 tomes sur l'histoire de la résistance, j'aurais beaucoup trop à écrire et je n'en ai pas le courage. Je suis actuellement démoralisé par le climat sociétal de la France. C'est maintenant que nous devrions entendre les manifestants entonner le chant des partisans plutôt que de réclamer des sous. 

    Bon dimanche !

      • Dimanche 6 Septembre à 14:22

        Oui, quand on a trop d'informations, ce n'est pas toujours évident de faire une synthèse cohérente.

        Bon dimanche Guyenne!



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :